www.art-au-graffe.com

Art au graffe. blog4ever.com

Nés un 04 novembre

1.B.png
  
Marlène Jobertactrice française, née le 4 novembre 1940 à Alger, en Algérie française, elle est également romancière et conteuse pour enfants. 
Marlène Jobert est la fille de Charles Jobert, adjudant-chef, militaire de carrière dans l'aviation et d'Éliane Azulay, originaire de Birkhadem. Elle est la mère de l'actrice Eva Green et de Joy Green, sœurs jumelles dizygotes. Elle a également deux nièces : la chanteuse Elsa, fille de sa sœur Christiane Jobert (artiste peintre et sculptrice), et l'actrice Joséphine Jobert, fille de son frère Charles Jobert. Elle est la sœur de Guy Jobert (universitaire). 
Comme Edwige Feuillère et Claude Jade, Marlène Jobert fait des études au conservatoire de Dijon tout en étant aux Beaux-arts de Dijon. Elle étudie ensuite le drame et l'art au Conservatoire de Paris, gagnant sa vie comme modèle pour photos et figurante dans des productions cinématographiques.
Après quelques engagements au théâtre — en particulier Des clowns par milliers, avec Yves Montand — et à la télévision, c'est grâce à ses rôles sur grand écran qu'elle devient une vedette. 
En 1962, elle a un grave accident automobile à Paris sur l'Île Saint-Louis, la voiture dans laquelle elle se trouve, dérape, et sa tête est projetée contre le pare-brise, elle est défigurée. Elle raconte trois ans plus tard : "j'ai cru devenir folle. C'était horrible. Je ne pouvais plus me regarder dans une glace, j'avais une cicatrice de 12 cm. Je pensais ne jamais sortir de ce cauchemar. La chirurgie esthétique m'a sauvé la vie." 
Elle a fait ses débuts à la scène en 1963 et à l'écran en 1966 dans un rôle important avec Masculin féminin de Jean-Luc Godard, où elle joue aux côtés de Jean-Pierre Léaud et Chantal Goya qu'elle retrouvera par ailleurs dans Les Dossiers de l'Agence O en 1968. En 1967, elle joue aux côtés de Jean-Paul Belmondo et de Geneviève Bujold dans Le Voleur de Louis Malle.
Le grand public la découvre en 1968 avec Alexandre le Bienheureux où elle donne la réplique à Philippe Noiret et avec le rôle de Rita dans Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages que lui confie Michel Audiard ; dans ce film, aux côtés de Bernard Blier, Françoise Rosay ou encore André Pousse, elle campe un personnage de jeune femme mutine, dévorée par l'ambition. Guy Casaril lui propose ensuite le rôle principal de son film L'Astragale, d'après le livre éponyme d'Albertine Sarrazin, qui connaît un grand succès au box-office.
Elle connaît trois de ses plus grands succès au cinéma au début des années 1970, comme policière dans Dernier Domicile connu de José Giovanni (avec Lino Ventura), dans le thriller de René Clément Le Passager de la pluie (avec Charles Bronson) et de Jean-Paul Rappeneau Les Mariés de l'an II (avec Jean-Paul Belmondo). 
Les metteurs en scène de Marlène Jobert sont alors entre autres Philippe de Broca, Claude Chabrol, Robert Enrico et Claude Lelouch. Dans les années 1970, elle participe avec sa propre entreprise, MJ, à la production de quelques-uns de ses films, comme en 1974 les comédies Juliette et Juliette (avec Annie Girardot) et Pas si méchant que ça (avec Gérard Depardieu). Dans un registre plus dramatique, Maurice Pialat la fait jouer avec Jean Yanne dans Nous ne vieillirons pas ensemble où elle a été particulièrement remarquée. Actrice rousse le plus souvent aux cheveux courts, elle joue des rôles dans lesquels ses actions courageuses et la virilité de ses partenaires masculins contrastent avec son apparence fragile et apeurée, comme dans Folle à tuer d'Yves Boisset où son personnage est la proie d'une machination.
Le 6 juillet 1980, elle donne naissance à des jumelles, Eva et Joy. Pendant quelques années, Marlène Jobert devient chanteuse. Elle connaît du succès entre 1985 et 1988 avec les chansons suivantes : C'est un éternel besoin d'amour, Super vibrations, Je ne pense qu'à toi (Les oiseaux chantent faux), Viens te jeter dans mes bras et Hey, Amore ! Elle publie l'album Tout pour se plaire en 1986 qu'elle popularise dans toute la francophonie, incluant le Québec. Durant cette décennie, Marlène Jobert tourne peu (six films au total) ; elle participe à son dernier film en 1989, Les cigognes n'en font qu'à leur tête sous la direction de Didier Kaminka. 
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png
  
1.pngDominique Voynetfemme politique française, 
née le 4 novembre 1958 à Montbéliard (Doubs),  membre des Verts puis d’Europe Écologie Les Verts. Elle est candidate des Verts aux élections présidentielle de 1995 (3,3 %) et de 2007 (1,6 %). Après avoir été ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement de 1997 à 2001, elle est sénatrice de 2004 à 2011 et maire de Montreuil de 2008 à 2014. 
Devenue inspectrice générale des affaires sociales au tour extérieur en 2014, elle est nommée à la tête de l'Agence régionale de santé de Mayotte à compter du 1er janvier 2020. Dominique Voynet est la fille d'une mère institutrice et syndiquée.
Après avoir obtenu son baccalauréat, elle entame des études de médecine qu’elle achève à l’âge de 27 ans. Pendant ses études supérieures à la faculté de médecine de Besançon (1977-1982), Dominique Voynet est infirmière de nuit, syndiquée à la CFDT. Elle fait des remplacements de médecins généralistes, puis spécialistes (1981-1985), se syndique au Syndicat de la médecine générale. Son diplôme de docteur en médecine obtenu, elle devient anesthésiste réanimatrice à l'hôpital de Dole (1985-1989). Elle devient, à l'âge de 19 ans, mère d'une fille, qu'elle élève en parallèle de ses études.
Elle commence son militantisme écologique au sein de l'Association belfortaine de protection de la nature, combat les centrales nucléaires de Fessenheim et de Creys-Malville ainsi que la déforestation des Vosges. 
Participant aux émissions de Radio ondes rouges, animatrice de Besançon écologie et du collectif Saône vivante-Doubs vivant, elle adhère également à Amnesty International. Son engagement pacifiste et écologiste se poursuit avec son adhésion au Front de lutte antimilitariste (FLAM) et aux Amis de la Terre - France, association qui avait investi le champ électoral et qui était devenue une des principales composantes de l'écologie des années 1970, sous l'impulsion de Brice Lalonde. 
Elle fait partie, à Clichy en 1984, des fondateurs du parti Les Verts, né de la fusion du Parti écologiste (auparavant Mouvement d'écologie politique / MEP) et de la Confédération écologiste. 
Chef de file des Verts de Besançon en 1985, elle devient députée européenne le 13 novembre 1991. Elle abandonne cette fonction le 10 décembre 1991 et devient alors porte-parole nationale des Verts. Au sein du parti, elle fait partie des animateurs de la tendance « Les Verts pluriel » (1990-1994). 
Porte-parole de l'opposition à Antoine Waechter au sein des Verts, elle remporte la victoire sur celui-ci en 1993, lors de l'assemblée générale de Lille où les Verts décident de négocier des alliances électorales de premier tour, à gauche exclusivement. C'est la fin de la théorie du « Ni, ni », qui estimait que les Verts pouvaient s'allier avec l'un ou l'autre camp selon les offres faites. Ce changement de stratégie, et les fortes tensions qui s'ensuivent au sein du mouvement, entraîneront un an plus tard le départ d'Antoine Waechter, qui fonde le Mouvement écologiste indépendant. 
En 1992, Dominique Voynet est élue conseillère régionale de Franche-Comté, poste qu'elle quitte en 1994 pour se consacrer à la campagne présidentielle de 1995. Elle est en effet la candidate des Verts mais aussi d'une alliance à la « gauche de la gauche » comprenant l'Alternative rouge et verte (un parti héritier du PSU), et la Convention pour une alternative progressiste.
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png
1.pngNicolas Cantelouphumoriste et imitateur français, né le 4 novembre 1963 à Mérignac (Gironde).
Il débute en tant qu'animateur au Club Med au début des années 1990 puis à la radio et à la télévision. En tant qu'humoriste et imitateur, il apparaît dans de nombreuses émissions télévisées, principalement dans l'émission "C'est Canteloup", après le JT de TF1, qu'il produit avec Nikos Aliagas puis Alessandra Sublet, et se produit également sur scène.
Originaire de Mérignac, Gironde (France), Nicolas Canteloup étudie au lycée Fernand Daguin avant de passer deux ans au centre U.C.P.A. de Segonzac (en Corrèze) afin de préparer et passer haut la main le monitorat d'équitation, répondant à sa passion pour les chevaux. Il offrira là un de ses premiers one-man show, imitant surtout les voisins et ses copains. Il est recruté en 1991 par le Club Med de Pompadour en tant que GO (gentil organisateur) pour exercer ce métier le jour et animer le "Monitor's Show" la nuit.
De 1992 à 2011, il imite pour les "Guignols de l'info" sur Canal+ une quarantaine de voix. La toute première apparition de la télévision français de Nicolas Canteloup c'est l'émission "Drôle de scène" le 21 novembre 2001 sur M6.
En 2003, il accède à la notoriété en participant plusieurs fois à l'émission "Vivement dimanche prochain" de Michel Drucker, diffusée les dimanches en fin d'après-midi sur la chaîne de télévision France 2 jusqu'en 2011. En 2005, il se produit sur scène à l'Olympia, au Palais des Glaces et en tournée dans toute la France.
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png
 
Merci de mettre un petit "j'aime" en bas de page, si vous avez aimé bien sûr. Bien entendu les commentaires sont les bienvenus.


01/11/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres