www.art-au-graffe.com

Art au graffe. blog4ever.com

Nés un 05 octobre

 1B.jpgVáclav Havel, né le 5 octobre 1936 à Prague, mort le 18 décembre 2011 à Hrádeček, dramaturge, essayiste et homme d'État tchécoslovaque puis tchèque.  

Durant la période communiste, il ffut une des figures de l'opposition à la République socialiste tchécoslovaque en tant que membre de la Charte 77. En 1989, il sera une des figures de proue de la révolution de Velours, qui mettra un terme au régime communiste. Il fut ensuite président de la République fédérale tchèque et slovaque de 1989 à 1992, puis président de la République tchèque de 1993 à 2003. Politicien atypique, généralement estimé comme une « personnalité extraordinaire » dans son pays, il est souvent appelé le « président-philosophe » et sa vie a été qualifiée d'« œuvre d'art » par l'écrivain Milan Kundera.
Václav Havel naît au sein d'une famille de la bourgeoisie praguoise : une famille d'entrepreneurs richissimes, propriétaires de studios de cinéma et de dizaines d'immeubles dans la capitale. Après la libération du pays de l’occupant nazi par l'Armée rouge et l'arrivée au pouvoir des communistes en 1948, sa famille sera dépossédée de ses biens et accusée d'avoir collaboré avec les nazis. Ses parents seront obligés de travailler comme ouvriers dans l'usine qu'ils avaient créée. À partir de son adolescence, le jeune Václav s'intéresse beaucoup à la poésie, et écrit de nombreux poèmes, ce qui surprend beaucoup son père. Après la fin de sa scolarité obligatoire, en 1951, le jeune Havel se trouve, comme la plupart des membres de l'élite, taxé d'« ennemi de classe » et donc interdit d'études par le régime. Il ne peut ainsi entrer à l'université pour suivre les études de littérature et de cinéma comme il le souhaitait. À la fin de la guerre, il découvre le scoutisme, qui le marque profondément.
Dès ses quinze ans, il forme un groupe avec des amis, tous nés en 1936, qu'ils appellent « les trente-six ». Ils organisent des rencontres et des séminaires dans lesquels ils discutent très librement de l'oppression du régime socialiste, recherchent avidement des ouvrages d'auteurs interdits et publient une revue dactylographiée, sans avoir conscience que ce qu'ils font est extrêmement dangereux : s'ils avaient eu dix-huit ans et avaient été découverts, ils se seraient retrouvés en camp de concentration stalinien ou condamnés à mort. C'est grâce à l'un des membres de ce groupe qu'il découvre Franz Kafka, auteur interdit à l'époque (il sera autorisé à partir de 1963), qui restera durant toute sa vie son auteur préféré et la principale source d'inspiration de son œuvre théâtrale.  
Cette marginalisation sociale lui est d'ailleurs imposée alors qu'il refusait déjà lui-même d'être reconnu plus pour sa « position sociale favorable » que pour son esprit. Pendant quatre ans, alors qu'il est apprenti-technicien dans un laboratoire de chimie, Havel assiste à des cours du soir, complétant ainsi sa formation pré-universitaire qui lui permet d'entreprendre des études d'économie à l'École technique supérieure de Prague, bien qu'il eût préféré entrer à la Faculté de cinéma de l'Académie des arts de Prague (où enseignait Milan Kundera), ce qui s'est révélé impossible à cause de son origine sociale. Encouragé par tradition familiale à s'intéresser aux valeurs humaines de la République tchécoslovaque, Václav Havel commence dès l'âge de dix-neuf ans à publier articles et nouvelles, en particulier dans des revues liées au théâtre.
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png
 
1B.pngMaïtena Douménach, dite Marie Laforêt 
chanteuse et actrice française, naturalisée suisse, née le 5 octobre 1939 à Soulac-sur-Mer (Gironde), morte le 2 novembre 2019 à Genolier (Suisse). Le prénom Maïtena, d'origine basque, ayant la signification d'« aimée », est donné parfois par des habitants du Languedoc, surtout des Pyrénées. Le nom de famille de son père, Douménach, est une forme catalane de Dominique. Marie Laforêt est la fille de Jean Douménach (1909-1983), polytechnicien, mathématicien et chercheur au CNRS, et de Marie Louise Saint Guily (1912-1993), femme au foyer. La famille de son père est originaire d'Olette, village des Pyrénées-Orientales ; celle de sa mère, de Bordeaux. Ses grands-parents paternels se sont installés à Sainte-Terre, près de Libourne, au début du XXe siècle, dans une maison que son père habita longtemps et où Marie Laforêt passait ses vacances d'enfant. 
Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Douménach trouvèrent refuge à Cahors et dans la commune des ancêtres, Lavelanet. Alors que son père était prisonnier de guerre en Allemagne, Marie, sa sœur Alexandra et leur mère connaissaient beaucoup de privations et vivaient une vie difficile. En 1998, elle révèle qu'à l'âge de trois ans, elle a été violée à plusieurs reprises par un voisin, épisode traumatisant dont le souvenir est demeuré refoulé et occulté pendant près de quarante ans avant de refaire surface. Après le retour de captivité du père en mai 1945, la famille vivra à Valenciennes, où Jean Douménach dirigera un atelier de constructions ferroviaires, tandis que Maïtena fera sa scolarité au lycée de filles Watteau, jusqu'en cinquième. Ensuite, les Doumenach s'établirent à Paris. 
Après s'être rapprochée de la religion et avoir réfléchi un temps sur l'idée d'entrer au couvent, elle suivit à Paris des études au lycée Jean-de-La Fontaine, où elle commença à éprouver un vif intérêt pour ses premières expériences du jeu dramatique, qui auront sur elle un bénéfique effet cathartique.
Sa carrière commence lorsqu'elle remporte le concours « Naissance d'une étoile », organisé par "Europe 1" en 1959, en remplacement de sa sœur. Elle y décroche un rôle dans un film de Louis Malle, Liberté. Remarquée par Raymond Rouleau, elle fréquente les cours de théâtre de celui-ci. Le projet de film de Louis Malle est en fin de compte abandonné et c'est avec Alain Delon et Maurice Ronet dans Plein Soleil de René Clément qu'elle fait sa première apparition remarquée au cinéma. 
Les rôles se suivent. Le réalisateur Jean-Gabriel Albicocco (1936-2001) son mari d'alors, la fait tourner dans deux de ses films : La Fille aux yeux d'or, d'après le roman d'Honoré de Balzac, et Le Rat d'Amérique, d'après celui de Jacques Lanzmann, avec un autre chanteur-comédien, Charles Aznavour. Après la bande son originale (BO) du film de Marcel Moussy Saint-Tropez Blues en 1960, qu'elle enregistre avec son ami d'enfance Jacques Higelin, c'est en février 1963 que sort son deuxième 45 tours, lequel va marquer sa carrière avec Les Vendanges de l'amour, écrit par Danyel Gérard. De 1963 à 1970, André Popp signe toutes les orchestrations de ses succès et compose pour elle dix-huit chansons dont Mon amour, mon ami, Manchester et Liverpool et Dans le lit de Lola ; ce sera le début d'une longue carrière à succès.
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png
 1A.pngSophie Favier, née le 5 octobre 1963 à Lyon (Rhône), animatrice de télévision, actrice et chanteuse française, fille d'un architecte et d'une coiffeuse. Ses parents divorcent alors qu'elle n'a que 7 ans. Lorsque son père décède, Sophie est alors âgée de 15 ans, sa famille déménage à Caluire-et-Cuire. Elle a également un frère. Depuis toute jeune, Sophie Favier voulait devenir danseuse. Après avoir obtenu son bac B, elle voulait s'inscrire en fac de droit pour devenir avocate, mais son sort sera déterminé par une collaboratrice de Stéphane Collaro, Catherine Corbineau, qu'elle a rencontrée à Saint-Tropez sur une plage l'été précédent (juillet 1981). Cette collaboratrice l'invite à un casting pour l'émission "Co-Co Boy". Son cheveu sur la langue et son physique font mouche, elle est engagée pour l'émission, alors qu'elle a tout juste 18 ans en remplacement de Corynne Charby qui a refusé l'offre. Au début des années 1980, elle pose nue pour des photos de charme. En 1983, elle est élue fille de l'année par le magazine Lui. Sa carrière télévisuelle commence sur TF1 en 1981. Elle fait sa première apparition télévisuelle dans le "Collaro show" en prime time. 
 
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png
 
 1A.pngCédric Villani, né le 5 octobre 1973 à Brive-la-Gaillarde (Corrèze), mathématicien et homme politique français. Il est élu député dans la cinquième circonscription de l'Essonne lors des élections législatives de 2017, sous l'étiquette de La République en marche (LREM). En 2020, il est candidat pour les élections municipales à Paris, alors que la commission d'investiture de son parti a désigné Benjamin Griveaux. Si ses listes n'obtiennent aucun siège au Conseil de Paris, il est élu conseiller du 14e arrondissement. Exclu en janvier 2020 de LREM, il quitte le groupe LREM à l'Assemblée nationale en mai de la même année pour rejoindre le nouveau groupe Écologie démocratie solidarité (EDS).
Ses parents, Patrice Villani et Jacqueline Lavarelo, enseignent la littérature. Un de ses frères, Vivien, est un compositeur spécialisé dans la musique de film. 
Il est issu d'une famille d'universitaires et d'artistes, parmi lesquels le peintre Mario Villani (son grand-père paternel) et ses descendants : Arnaud Villani (agrégé de philosophie), Béatrice Bonhomme (écrivaine et poète), Philippe Villani (professeur de mathématiques et jazzman).
Sa famille paternelle est pied-noir. Dans un entretien accordé à Corse-Matin en 2018, Cédric Villani revendique ses origines corso-grecques, sa famille appartenant à une branche généalogique des Stephanopoli de Cargèse (une famille corse descendante de Dimo, prince de Comnène) et un de ses ancêtres ayant été maire d'Ajaccio. Cédric Villani se présente en 2011 comme « surdoué dès son plus jeune âge », comme « pendant longtemps un garçon timide et réservé avant de devenir ce personnage curieux et philanthrope » et comme une personne « qui n'a jamais eu rien d'autre que des 20/20 en maths ». 
Après avoir effectué sa scolarité à Brive-la-Gaillarde puis à Toulon au lycée Dumont-d'Urville, il intègre une classe préparatoire au lycée Louis-le-Grand. Questionné sur sa religion, il se définit comme agnostique. Régulièrement questionné sur la possibilité d'avoir une forme d'autisme, Cédric Villani affirme en novembre 2019 ne pas savoir et ne pas ressentir le besoin de se faire diagnostiquer. Selon "Arrêt sur images", cette déclaration ferait partie de son plan de communication politique, alors qu'il est en campagne pour les élections municipales à Paris.
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png

  

Merci de mettre un petit "j'aime" en bas de page, si vous avez aimé bien sûr. Bien entendu, les commentaires sont les bienvenus.



03/10/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres