www.art-au-graffe.com

Art au graffe. blog4ever.com

Nés un 08 janvier

1.jpg
Paul Couturier, connu sous le pseudonyme de Paul Vaillant-Couturierécrivain, journaliste et homme politique français, né le 8 janvier 1892 à Paris, mort le 10 octobre 1937 dans la même ville. Il a participé à la fondation du Parti communiste français. 
Né le 8 janvier 1892 à Paris, dans une famille d'artistes lyriques (sa mère, Marguerite Vaillant, dont le nom de scène était Vaillant-Couturier, était une cantatrice célèbre entre 1890 et 1900), Paul Vaillant-Couturier grandit dans le 16e arrondissement de Paris, fait sa scolarité au lycée Janson-de-Sailly et poursuit ses études jusqu'à la licence d'histoire, suivie d'un doctorat en droit ; mais il n'exerce ensuite comme avocat qu'à de très rares occasions, en 1924, une première fois, et en 1930, lorsqu'il est en froid avec le Parti communiste français (PCF), et n'a pas d'autres moyens de subsistance. 
Ses premières ambitions sont littéraires et artistiques. Il participe à la revue anarchisante Les Actes des poètes, de Roger Dévigne, avec Albert-Jean, René Bizet et Monique, revue créée en décembre 1909, et comportant 12 numéros. Il écrit en 1912 et 1913 un recueil de poèmes (publié aux Éditions du Temps présent, une maison d'édition chrétienne), La Visite du berger, et deux pièces de théâtre, jouées en province. Avec L'Auréole, un poème consacré à la conversion du père de l'église saint Augustin, mis en musique par une vieille gloire musicale, Édouard Trémisot, il s'essaie également à l'opéra. Celui-ci sera joué à Nice en 1913. 
À la même époque, il se consacre aussi à la peinture, et expose avec son ami Jean d'Espouy des aquarelles au Salon des artistes français. En mars 1930, une deuxième exposition montre une quarantaine de toiles réalisées pour partie lors de ses emprisonnements en 1928 et 1929.
Lorsqu'il meurt subitement, en octobre 1937, à 45 ans, selon L'Humanité d'une violente crise hépatique, d'un infarctus du myocarde selon son médecin Charles Cachin, il est extrêmement populaire dans tous les milieux. Ses funérailles attirent une foule de sans doute plusieurs centaines de milliers de personnes. C'est une des dernières manifestations unitaires qui voit se côtoyer des hommes et des femmes appartenant à toutes les composantes du Front populaire. Le cortège funèbre traverse tout l'est de Paris, depuis la Maison des Syndicats, avenue Mathurin-Moreau, jusqu'au Père Lachaise où il est enterré à côté de la tombe d'Henri Barbusse, en face du Mur des Fédérés.
 
Citation : 
« L'intelligence défend la paix. L'intelligence a horreur de la guerre. »

 

https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/frisePetMod--le_8865563.png

 

2.jpg

 
Jacques Anquetilcoureur cycliste français, véritable légende de la "petite reine", né le 8 janvier 1934 à Mont-Saint-Aignan (Seine-Inférieure), mort le 18 novembre 1987 à Rouen. Professionnel de 1953 à 1969, il est considéré comme l'un des plus grands coureurs de l'histoire du cyclisme et possède l'un des palmarès les plus riches de son sport. 
Surnommé « Maître Jacques », il est le premier coureur de l'histoire à remporter cinq fois le Tour de France et compte également deux victoires sur le Tour d'Italie et une victoire sur le Tour d'Espagne, ce qui en fait le premier cycliste à remporter les trois grands tours. Il détient aussi le record du nombre de podiums dans les trois grands tours, avec treize podiums. Formidable rouleur, il bat le record de l'heure de Fausto Coppi en 1956 et compte neuf victoires en autant de participations au Grand Prix des Nations, une épreuve individuelle chronométrée qu'il affectionne particulièrement. Parmi ses succès les plus notables, il compte cinq victoires sur Paris-Nice et le doublé Dauphiné libéré-Bordeaux-Paris en 1965, en ayant pris le départ de la deuxième épreuve seulement huit heures après l'arrivée de la première. Sa carrière a été marquée par sa rivalité avec Raymond Poulidor, qui atteint son paroxysme, lors du Tour de France 1964, avec l'épisode mythique de l'ascension du puy de Dôme. 
Perfectionniste, endurant et pragmatique, Jacques Anquetil construit la plupart de ses succès dans les courses par étapes, grâce à sa supériorité dans les contre-la-montre. Il étonne également les suiveurs de l'époque en s'affranchissant des règles diététiques régissant le mode de vie des sportifs. Condamnant le principe de la lutte antidopage, Jacques Anquetil, qui a souffert de problèmes de santé chroniques, avoue à plusieurs reprises s'être dopé durant sa carrière, au point que certains journalistes évoquent la possibilité d’un lien entre les pratiques dopantes du champion et le cancer de l'estomac qui entraînera sa mort, à l’âge de 53 ans. 
Jacques Anquetil naît le 8 janvier 1934 à Mont-Saint-Aignan dans la banlieue de Rouen, en Normandie. Il est le fils d'Ernest, qui exerce la profession de maître-maçon, et de Marie, confiée à l'âge de deux ans à l'Assistance publique, où elle a appris le métier de lingère. La famille s'installe dans une petite maison normande à Bois-Guillaume, dans laquelle Marie Anquetil choisit d'assumer le statut de femme au foyer après la naissance de Jacques. Le 12 avril 1940, naît le deuxième enfant du couple, Philippe. Ernest Anquetil refuse de collaborer avec l'occupant allemand pour construire les ouvrages de défense du « Mur de l’Atlantique » et se voit licencié par son entreprise. Il se lance alors dans la culture des fraises et la famille s'établit à Quincampoix. 
Jacques Anquetil reçoit sa première bicyclette, une Alcyon, à l'âge de 4 ans et parcourt chaque jour un kilomètre et demi pour se rendre à l'école du village. En 1947, après l'obtention du Certificat d'études primaires, il entre au lycée Marcel-Sembat de Sotteville-lès-Rouen pour une formation d'ajusteur-fraiseur de trois ans. Il y rencontre Maurice Dieulois, qui devient rapidement son ami le plus fidèle et avec qui il partage sa passion pour le sport, Jacques Anquetil étant alors un bon coureur à pied qui remporte des cross. Maurice Dieulois, qui pratique le cyclisme en club, incite son ami à le rejoindre : « J'ai proposé à Jacques une sortie à vélo. Il en avait reçu un pour sa communion qui ne lui servait que de moyen de locomotion. » La passion du cyclisme naît peu à peu chez Jacques Anquetil, qui vient encourager Maurice Dieulois, le dimanche, lors des courses auxquelles il participe depuis 1950. Au mois de juin de la même année, les deux hommes obtiennent leur Certificat d'aptitude professionnelle (CAP) de même que leur Brevet d'enseignement industriel (BEI) et quittent le système scolaire. Maurice Dieulois présente Jacques Anquetil à André Boucher, le directeur sportif de son club, l'Auto cycle sottevillais, en soulignant ses dispositions de coureur. Parallèlement, Jacques Anquetil trouve un emploi aux établissements Julin en qualité de tourneur, un poste qu'il quitte prématurément devant le refus de son patron de lui accorder son jeudi pour s'entraîner. Il rejoint alors son père Ernest pour travailler au sein de l'exploitation agricole familiale de Quincampoix. 
Il participe à sa première course au Havre, le 8 avril 1951, le Grand Prix de Gai-Sport, dans lequel son ami et coéquipier Maurice Dieulois s'impose. Jacques Anquetil remporte sa première victoire moins d'un mois plus tard, lors du prix Maurice Latour, à Rouen, le 3 mai 1951. Dans la foulée, il signe plusieurs autres victoires, comme le Grand Prix de l'UC Darnétalaise le 10 juin ou le Grand Prix de Pont de l'Arche une semaine plus tard. Jacques Anquetil vise alors le maillot des jeunes de Paris Normandie, qui récompense le meilleur coureur débutant de la région. La finale du trophée se court à Pont-Audemer, avec un contre-la-montre de 85,6 kilomètres qui regroupe les quatorze premiers du classement provisoire. Il part en dernière position, juste après Maurice Dieulois puisqu'ils occupent les deux premières places du classement après les courses en ligne. Très vite, Jacques Anquetil, qui s'est élancé quatre minutes après son ami, a celui-ci en point de mire. Il déclare après la course : « Je ruinais peut-être à cet instant-là tous ses espoirs. Je ne veux pas paraître plus sentimental que je ne le suis, mais je le dis parce que c'est vrai, j'ai ralenti pendant une dizaine de kilomètres pour ne pas le dépasser trop vite. Enfin comme le temps passait, j'ai dû me décider à le doubler. Je le fis comme une flèche, sans un regard, pour abréger la chose. » Jacques Anquetil revêt donc le maillot des jeunes 1951 et gagne dans la foulée le titre de champion de Normandie des sociétés, avec ses camarades Maurice Dieulois, Le Ber, Levasseur et Quinet. 
L'année 1952 confirme les espoirs placés en lui par son mentor du club de l'AC Sotteville, André Boucher. Il remporte neuf courses régionales, renouvelle son succès au championnat de Normandie des sociétés en y ajoutant le titre individuel, et se signale au niveau national par deux victoires : il remporte le Grand Prix de France, une épreuve contre-la-montre dont c'est la première édition, et gagne le titre de champion de France amateurs à Carcassonne. Son directeur André Boucher raconte ce succès dans un entretien à Miroir du cyclisme : « Il s'était mis en tête que la victoire devait revenir à Rouer. Personnellement, j'étais interdit de suivre la course pour une raison imbécile de différend avec un commissaire et je m'étais dissimulé dans un fossé sur le circuit, à un endroit stratégique, juste après l'ascension du col du Portel. Quand il est passé, facile mais vraiment pas très motivé, j'ai jailli et je lui ai hurlé : « Allez Jacques, c'est maintenant. » Il m'a écouté, s'en est allé d'une manière insolente et a relégué tous ses adversaires bien loin derrière lui. » Sélectionné en équipe de France pour participer aux Jeux olympiques de 1952 à Helsinki, il se classe 12e de l'épreuve individuelle sur route et remporte, avec l'équipe de France, la médaille de bronze de la course par équipes, en compagnie de Claude Rouer et Alfred Tonello. 
En 1953, Jacques Anquetil prend une licence dans la catégorie des « indépendants », ce qui lui permet de courir avec les professionnels. Il remporte neuf courses régionales, dont le Tour de la Manche, lors duquel il s'impose largement sur l'étape contre-la-montre entre Avranches et Saint-Hilaire-du-Harcouët. Cette performance est d'autant plus retentissante que sont présents sur cette compétition des coureurs professionnels comme Jean Brankart, Albert Bouvet, Jean Stablinski et Attilio Redolfi. 
Le 23 août, il remporte la finale du Maillot des As, une épreuve contre-la-montre organisée par le quotidien Paris-Normandie et qui rassemble les meilleurs coureurs amateurs de la région. Il réalise à cette occasion un véritable exploit en parcourant les 122 km à la moyenne de 42,052 km/h et en distançant son second, Claude Le Ber, de plus de neuf minutes. Le journal L'Équipe note alors : « Sur sa performance, Anquetil aurait très certainement battu les plus grandes vedettes internationales. »
Ses performances attirent le regard des observateurs. L'ancien coureur Francis Pélissier, surnommé le « Sorcier », lui propose un contrat professionnel au sein de son équipe « La Perle ». Son contrat est de 30 000 francs par mois, soit le salaire d'un cadre moyen. Il l'engage le 27 septembre 1953 pour courir le renommé Grand Prix des Nations, une épreuve contre-la-montre de 140 kilomètres qui emprunte notamment les côtes de la vallée de Chevreuse. Jacques Anquetil remporte sa première course internationale de prestige et devance son second Roger Creton de près de sept minutes, en approchant de trente secondes le record de l'épreuve, détenu par le Suisse Hugo Koblet. Dès lors, la machine ne s'arrêtera plus, cumulant victoires et records, la légende Anquetil est sur la route ; la route de la gloire.
 
Citation : 
« Quand je bats dix fois Poulidor, les gens trouvent que c'est normal ; quand il me bat une seule fois, les gens applaudissent et la presse parle d'exploit. »
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/frisePetMod--le_8865563.png
 
1.jpg
Elvis Aaron Presley, appelé plus simplement Elvis Presley, chanteur et acteur américain né le 8 janvier 1935 à Tupelo, dans le Mississippi, mort le 16 août 1977 à Memphis, dans le Tennessee. Surnommé "The King" (« le Roi »), il est l'une des icônes culturelles majeures du XXe siècle. 
Presley commence sa carrière musicale en 1954 chez Sun Records, la maison de disques du producteur Sam Phillips. Accompagné du guitariste Scotty Moore et du bassiste Bill Black, rejoints l'année suivante par le batteur D.J. Fontana, il contribue à populariser le genre naissant du rockabilly, un mélange énergique de musique country et de rhythm and blues. En 1956, son imprésario, le Colonel Parker, obtient que son contrat soit racheté par RCA Victor et il décroche son premier no 1 avec la chanson Heartbreak Hotel, avec l'argent qui découle de cette vente, Elvis achète une Cadillac rose à sa mère. Il enchaîne dès lors les apparitions télévisées et les singles à succès. Son talent de chanteur et sa gestuelle provocante font de lui une figure de proue du rock 'n' roll, mais aussi un sujet de controverses. 
À la fin de l'année 1956, Presley fait ses débuts au cinéma avec Le Cavalier du crépuscule (Love Me Tender). Il commence son service militaire en 1958. Durant sa période militaire, la vie de Presley est affectée de nombreuses manières, à commencer par le décès de sa mère. Il reprend sa carrière en 1960, mais il se consacre davantage au cinéma qu'à la musique dans les années qui suivent : il abandonne les concerts et tourne de nombreux films dont la qualité et le succès vont décroissant. Il épouse Priscilla en 1967, et reçoit son premier Grammy Award pour le 33 tours de gospels How Great Thou Art. Sa fille Lisa Marie naît l'année suivante, le 1er février. Alors qu'il est absent de la scène depuis sept ans, une émission de télévision produite par Steve Binder en 1968 relance la carrière musicale d'Elvis Presley. Il remonte alors sur scène et ce retour marque le début d'une série de tournées lucratives et de nombreux concerts à Las Vegas. En 1973, il donne le premier concert diffusé en mondovision par satellite, "Aloha from Hawaii".  
Elvis Presley est l'artiste solo le plus vendu dans l'histoire de la musique enregistrée, avec des estimations de ventes allant de 600 millions à 1 milliard de ventes, et est l'un des musiciens les plus célèbres et les plus influents du XXe siècle. Il s'est illustré dans de nombreux genres (country, blues, pop, rock, gospel…) et reste l'un des plus gros vendeurs de disques de tous les temps. 
Elvis Aaron Presley naît le 8 janvier 1935 à Tupelo, dans l'État du Mississippi, dans une petite maison de type shotgun house construite par son père, Vernon Elvis Presley (1916-1979), en prévision de sa naissance (maison natale d'Elvis Presley). Sa mère, Gladys Love Smith (1912-1958), accouche 35 minutes auparavant d'un enfant mort-né, Jesse Garon Presley, frère jumeau d'Elvis, qui est inhumé dans une tombe anonyme au cimetière de Priceville, à Tupelo. 
Les parents d'Elvis Presley appartiennent à une Assemblée de Dieu, une Église pentecôtiste, qui constitue sa première influence musicale. Sa mère, dont il est particulièrement proche, est considérée comme le membre dominant de la famille par leurs proches, tandis que son père enchaîne les petits boulots sans faire preuve d'une grande ambition. Les Presley ne sont pas riches et doivent souvent s'appuyer sur leurs voisins ou les aides de l'État pour subvenir à leurs besoins. 
À l'école d'East Tupelo Consolidated, où il entre en septembre 1941, Presley est considéré comme un élève moyen par le corps enseignant. Il se produit pour la première fois sur scène le 3 octobre 1945 lors d'un concours de chant au Mississippi-Alabama Fair and Dairy Show. Habillé en cowboy, il interprète la chanson de country Old Shep , une chanson qu'il chantait souvent à ses camarades dans la chorale de l'église, et se classe cinquième. Quelques mois plus tard, il reçoit sa première guitare en cadeau d'anniversaire. Ses premières leçons lui sont données par deux de ses oncles, ainsi que par le nouveau pasteur de l'église de la famille. 
Presley change d'école en septembre 1946 et entre à Milam. L'année suivante, il commence à prendre sa guitare avec lui tous les jours pour jouer de la musique et chanter à l'heure du déjeuner. Sa famille vit alors dans un quartier à dominante afroaméricaine, et il est considéré comme un garçon solitaire qui joue de la musique de péquenauds. Il écoute religieusement l'émission de radio de Mississippi Slim et parvient à le rencontrer par l'intermédiaire d'un de ses camarades de classe, qui n'est autre que le frère de Slim. Ce dernier apprend à Presley à jouer des accords à la guitare et le fait passer dans son émission lorsqu'il a 12 ans.
La famille Presley déménage à Memphis en novembre 1948. Ils logent dans une pension de famille pendant près d'un an avant d'obtenir un logement social dans le lotissement de Lauderdale Courts. Au lycée L. C. Humes, Elvis Presley est généralement trop timide pour jouer de la musique en public, et il est parfois l'objet de brimades de la part des autres élèves. Il se met sérieusement à la guitare en 1950 avec l'aide de Jesse Lee Denson, un voisin qui a deux ans de plus que lui. Avec trois autres garçons, dont les frères Dorsey et Johnny Burnette, ils constituent une sorte de groupe qui se produit régulièrement dans le quartier des Courts. 
Au fil du temps, Presley devient populaire dans son lycée. Il se laisse pousser des rouflaquettes, utilise de l'huile essentielle de rose et de la vaseline pour se coiffer et s'habille chez Lansky Brothers. Il commence à travailler comme ouvreur au Loew's State Theater, premier d'une série de petits boulots. En avril 1953, il participe au concours de musique annuel de son lycée et se distingue avec son interprétation de Till I Waltz Again with You de Teresa Brewer. Au terme de sa scolarité, en juin 1953, Presley est décidé à faire carrière dans la musique. 
Le 18 juillet 1953, Elvis (âgé de 18 ans) enregistre son premier disque 45 tours amateur, pour 4 dollars, chez Sun Studio à Memphis (le studio de la compagnie Sun Records de Sam Phillips et Marion Keisker, spécialisée dans la musique afro-américaine). Sur ce disque en un seul exemplaire, qu'il offre à sa mère pour son anniversaire, il grave deux reprises de chansons à succès de l'époque My Happiness (face A) et That's When Your Heartaches Begin (face B) (chansons de son important répertoire rééditées plus tard). Marion Keisker ajoute alors un commentaire personnel : « Bon chanteur de ballades, à garder ».
À la fin de l'année 1956, Presley fait ses débuts au cinéma avec Le Cavalier du crépuscule (Love Me Tender). Il commence son service militaire en 1958. Durant sa période militaire, la vie de Presley est affectée de nombreuses manières, à commencer par le décès de sa mère. Il reprend sa carrière en 1960, mais il se consacre davantage au cinéma qu'à la musique dans les années qui suivent : il abandonne les concerts et tourne de nombreux films dont la qualité et le succès vont décroissant. Il épouse Priscilla en 1967, et reçoit son premier Grammy Award pour le 33 tours de gospels How Great Thou Art. Sa fille Lisa Marie naît l'année suivante, le 1er février.
En pleine gloire, alors qu'il enchaine les tournées, Presley doit quitter Memphis par avion le 16 août 1977 pour entreprendre une nouvelle tournée. Durant l'après-midi, Ginger Alden le découvre étendu sur le sol de sa salle de bains, victime d'une crise cardiaque. Les tentatives de réanimation sont un échec, et le décès est prononcé à 15 h 30 au Baptist Memorial Hospital. Ses funérailles ont lieu le 18 août à Graceland. 80 000 spectateurs assistent à la procession funèbre jusqu'au cimetière de Forest Hill, où le chanteur est enterré auprès de sa mère Gladys.
 
Citation :
« Les gens pensent que vous êtes fou, si vous parlez de choses qu'ils ne comprennent pas. »
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/frisePetMod--le_8865563.png
 
2.png
 
Shirley Veronica Bassey, plus simplement appelée Shirley Bassey, chanteuse britannique, née le 8 janvier 1937 à Cardiff (Pays de Galles), dont la carrière a commencé vers la fin des années 1950. Reconnue pour sa voix puissante, elle est considérée comme l'une des artistes les plus populaires de la deuxième moitié du XXe siècle. Elle détient, avec Barbra Streisand, le record de longévité dans les hit-parades et est, selon son label, créditée de 135 millions d'albums vendus. Elle est également Artiste pour la paix de l'UNESCO. 
Elle est notamment connue pour être la seule personne à avoir enregistré plusieurs chansons de générique pour des films de la série James Bond : Goldfinger en 1964, Les Diamants sont éternels en 1971 et Moonraker en 1979. 
Shirley Bassey est la benjamine d'une famille de sept enfants de Eliza Jane, une anglaise originaire de Teeside, et de Henry Bassey, originaire du Nigeria. Le deuxième enfant du couple meurt avant la naissance de Shirley qui sera entourée de deux demi-sœurs, issues d'un premier mariage de sa mère, de deux sœurs et un frère. Elle grandit dans le quartier pauvre de Tiger Bay à Cardiff au pays de Galles.
Ses parents se séparent avant qu'elle ait six ans mais la fratrie reste unie. 
Dès son plus jeune âge, ses professeurs et camarades de l'école Moorland Road remarquent sa voix puissante. 
Après avoir quitté l’école à quatorze ans, elle trouve un premier emploi dans une usine d’emballage locale, tandis qu’elle se produit en chantant le soir et le week-end dans des pubs locaux et des clubs. 
En 1953 elle signe son premier contrat professionnel de chanteuse pour la revue itinérante Memories of Al Jolson et Hot from Harlem l'année suivante. Mais à tout juste 16 ans, Shirley Bassey tombe enceinte de sa première fille Sharon et ressort déçue du monde du spectacle. Elle retourne vivre au domicile familial puis est repérée par un agent, Michael Sullivan, qui décide de faire d'elle une star. Elle se produit alors dans plusieurs salles avant de participer à une émission TV qui lui ouvre les portes de la célébrité à l'Adelphi Théâtre de Londres. Johnny Franz, agent chez Philips, impressionné par sa prestation, propose à la jeune chanteuse d’enregistrer son premier disque.  En 1956, à tout juste dix-neuf ans, elle enregistre son premier disque, Burn My Candle (At Both Ends). Interdit sur les ondes de la BBC pour ses paroles suggestives, le disque ne se vend pas. En 1957, avec son titre Banana Boat Song, Shirley Bassey s'offre son premier succès, classé numéro 8 au hit-parade britannique ; et part sur les chemins du succès.
 
Citation :
« Les diamants ne vous abandonnent jamais ... les hommes oui ! »
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/frisePetMod--le_8865563.png
 
2.png
 
David Robert Jones dit David Bowie, auteur-compositeur-interprète et acteur anglais, né le 8 janvier 1947 à Londres, mort le 10 janvier 2016 à New York.
Après des débuts entre folk et variété dans la seconde moitié des années 1960 et un détour par le mime, Bowie se fait connaître du public avec la chanson Space Oddity (1969). Il accède à la notoriété en incarnant le personnage flamboyant de Ziggy Stardust, qui devient l'une des figures de proue du courant glam rock avec l'album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars (1972) sur lequel il est épaulé par le guitariste Mick Ronson. Bowie s'intéresse ensuite aux musiques noires (R'n'B, soul et funk), décrochant son premier no 1 aux États-Unis avec la chanson Fame (1975). Il s'expatrie ensuite à Berlin-Ouest pour se tourner aux côtés de Brian Eno vers la musique électronique. Il produit entre 1977 et 1979 sa « trilogie berlinoise » (Low, "Heroes" et Lodger), considérée comme un de ses sommets artistiques. 
Dans les années 1980, Bowie devient une icône pop mondiale avec Let's Dance, chanson et album éponyme de dance-rock coproduits par Nile Rodgers (1983). Il atteint le sommet des hit-parades et remplit des stades dans le monde entier. À la fin de la décennie, il forme le groupe de hard rock "Tin Machine" qui publie deux albums. Tout au long des années 1990, il continue à s'essayer à de nouveaux genres, de la house de Black Tie White Noise (1993) à la techno de Earthling (1997) en passant par la musique industrielle de Outside (1995). Son activité musicale publique se raréfie après 2004 ; il se produit sur scène pour la dernière fois en 2006. Après une décennie de silence, il sort en 2013 l'album The Next Day. Son dernier album studio, le jazzy Blackstar, paraît le 8 janvier 2016, deux jours avant sa mort d'un cancer du foie. 
David Robert Jones est né à Brixton, un quartier du sud de Londres. Sa mère, Margaret Mary Burns (1913-2001), est la fille d'un couple irlandais ayant émigré à Manchester ; elle travaille comme ouvreuse dans un cinéma de Royal Tunbridge Wells. Son père, Haywood Stenton Jones (1912-1969), est originaire de Doncaster et s'occupe des relations publiques de l'association caritative Barnardo's. Ils habitent au 40 Stansfield Road, à la frontière des quartiers de Brixton et Stockwell. Le jeune David Jones est scolarisé à l'école primaire de Stockwell jusqu'à l'âge de six ans. C'est un élève doué et déterminé, mais aussi bagarreur. 
En 1953, les Jones déménagent à Bromley, banlieue londonienne plus aisée, et David entre à la Burnt Ash Junior School deux ans plus tard. Sa voix est jugée passable par la chorale de l'école, et il joue mieux de la flûte à bec que la moyenne. Il se distingue à l'âge de neuf ans lors des cours de danse, où il fait preuve d'une grande imagination. La collection de 45 tours américains ramenés à la maison par son père la même année stimule son intérêt pour la musique : il découvre les Teenagers, les Platters, Fats Domino, Elvis Presley et Little Richard. Il se met au ukulélé et à la contrebassine pour jouer du skiffle avec ses amis et commence à apprendre le piano. Après avoir passé son eleven-plus, David Jones entre au lycée technique de Bromley où il étudie l'art, la musique et le design. Son demi-frère aîné Terry Burns, né d'un précédent mariage de sa mère, lui fait découvrir le jazz moderne et il s'enthousiasme pour Charles Mingus et John Coltrane, ce qui incite sa mère à lui offrir un saxophone Grafton en 1961. Le saxophoniste Ronnie Ross lui apprend à jouer de cet instrument. En 1962, il est gravement blessé après s'être battu à l'école avec son ami George Underwood, qui lui donne un coup de poing dans l'œil gauche. Malgré plusieurs opérations et quatre mois d'hospitalisation, les médecins ne parviennent pas à guérir complètement le jeune garçon, qui en conserve une pupille perpétuellement dilatée (anisocorie en mydriase) et une mauvaise perception de la profondeur. Cette différence entre ses deux yeux, souvent décrite à tort comme une hétérochromie, reste l'un de ses traits les plus distinctifs. Malgré cet incident, Bowie reste en bons termes avec Underwood, qui concevra les pochettes de plusieurs de ses albums par la suite. 
 
Citation :
« Ne faites confiance à rien d'autre qu'à votre propre expérience. »
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/frisePetMod--le_8865563.png
 
2.png
 
Pascal Obispoauteur-compositeur-interprète français, né le 8 janvier 1965 à Bergerac en Dordogne. Il connaît le succès dès 1992 avec le titre Plus que tout au monde. Parallèlement à sa carrière de chanteur, il signe de nombreux succès pour d'autres artistes, tels que Florent Pagny, Johnny Hallyday, Garou, Zazie, Marc Lavoine, Natasha St-Pier, Patricia Kaas, mais aussi la comédie musicale Les Dix CommandementsPascal Obispo a souvent mis sa popularité au profit d'œuvres humanitaires, tout particulièrement au service des "Restos du Cœur" et de la lutte contre le sida. 
Pascal Obispo, fils unique de Max Obispo (un ancien joueur de football des Girondins de Bordeaux aux origines basques) et de Nicole Guérin (originaire d'Angers), naît le 8 janvier 1965 à Bergerac. En 1978, à 13 ans, après le divorce de ses parents, il est élevé par sa mère qui décide de s'installer à Rennes. Son père Max aura une petite notoriété en publiant deux livres, un sur le foot, peu après avoir été international, et Le Sable d’Ararat, en 2010, roman né d’une rencontre avec la ministre de la Culture arménienne Hasmik Boghossian lorsqu'il découvre les similitudes entre la langue arménienne et le basque. 
Rennes est au début des années 1980 une des villes du rock en France. C'est dans la capitale bretonne, alors scolarisé au Lycée Émile-Zola, qu'il commence la musique, après avoir découvert le groupe "The Cure" en répétition à côté du terrain de basketball où il jouait. Il se prend par ailleurs de passion pour le groupe rock rennais "Marquis de Sade". En 1983, alors qu'il est en Terminale interne à l'Institution Libre de Combrée, il crée le groupe "Words Of Goethe" avec des amis de son ancien lycée rennais (notamment le parolier Alain Gaudiche). Après son service militaire, entre janvier et août 1986, il est le bassiste du groupe new wave "Evening Legions". En 1988, il intègre le groupe new wave "Senso", qui compte alors comme membres Frank Darcel (un ancien du groupe Marquis de Sade) et Frédéric Renaud. 
Au tournant des années 1990, le groupe "Senso" prépare un premier album mais, après discussion, décide d'en faire le premier album solo de Pascal Obispo. Le disque, intitulé Le Long du fleuve, sort en 1990 chez EMI avec des chansons écrites par Franck Darcel, et soutenu par le single Les avions se souviennent. L'album passera inaperçu. En 1991, Pascal Obispo signe son premier contrat d'artiste avec Epic et publie son deuxième album Plus que tout au monde en 1992, qui rencontre un vrai succès grâce au single du même nom et au titre Tu vas me manquer, qui atteint la 16e place du Top 50. Fin 1994, il sort l'album Un jour comme aujourd'hui, confirmant son succès, avec la chanson Tombé pour elle qui le révèlera au grand public. 
 
Citation : 
« A force de se chercher partout, on risque de se perdre malgré tout. »
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/frisePetMod--le_8865563.png
 
3.png
 
Kim Jong Un, né le 8 janvier 1984 à Pyongyang, est un homme d'État nord-coréen, actuel dirigeant suprême de la Corée du Nord, où il occupe les postes de président du Parti du travail de Corée, de commandant suprême de l'Armée populaire de Corée et de président de la Commission des affaires de l'État. Successeur de son père Kim Jong-il qui lui-même avait succédé à son père Kim Il-sung, il est le troisième représentant de la lignée du mont Paektu. 
En 2010, il est nommé général quatre étoiles et vice-président du Comité de la défense nationale. À la fin de l’année suivante, à la suite de la mort de son père, il est proclamé « commandant suprême » de l'Armée populaire de Corée. Il prend ses fonctions de secrétaire général du Parti du travail de Corée et de président du Comité de la défense nationale en avril 2012. 
Après avoir appelé à un apaisement avec la Corée du Sud, il se lance ensuite dans une escalade verbale, menaçant de guerre nucléaire ce pays, ainsi que les États-Unis et le Japon. Ces déclarations sont suivies de multiples tests de missiles balistiques intercontinentaux et d'essais de bombe à hydrogène. Mais, début 2018, il amorce une détente vis-à-vis de ses ennemis historiques. Il rencontre le président sud-coréen, Moon Jae-in, pour un sommet historique au cours duquel les deux Corées manifestent leur volonté de réconciliation, puis, fait inédit, rencontre le président américain Donald Trump à Singapour.  
En août 2019, une réforme de la constitution entre en vigueur et il devient le chef de l'État officiel de Corée du Nord.
 
Citation : 
« Les jours sont révolus où nos ennemis pourraient nous faire chanter avec des bombes nucléaires. » 
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png
 
Merci de mettre un petit "j'aime" en bas de page. Les commentaires sont les bienvenus


07/01/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres