www.art-au-graffe.com

Art au graffe. blog4ever.com

Nés un 09 octobre

1B.jpgLéopold Sédar Senghor, poète, écrivain, homme d'État français, puis sénégalais et premier président de la République du Sénégal (1960-1980), né le 9 octobre 1906 à Joal, au Sénégal, mort le 20 décembre 2001 à Verson, en France.  Il fut le premier Africain à siéger à l'Académie française. Il a également été ministre en France avant l'indépendance de son pays. Il est le symbole de la coopération entre la France et ses anciennes colonies pour ses partisans ou du néocolonialisme français en Afrique pour ses détracteurs. Sa poésie, fondée sur le chant de la parole incantatoire, est construite sur l'espoir de créer une Civilisation de l'Universel, fédérant les traditions par-delà leurs différences. Par ailleurs, il approfondit le concept de négritude, notion introduite par Aimé Césaire qui la définit ainsi : « La négritude est la simple reconnaissance du fait d’être noir, et l’acceptation de ce fait, de notre destin de Noir, de notre histoire et de notre culture. »

Léopold Sédar Senghor, nait à Joal, petite ville côtière située au sud de Dakar, Sénégal. Son père, Basile Diogoye Senghor, est un commerçant catholique aisé appartenant à l'aristocratie sérère du Sénégal. Originaire de Djilor, sa mère, Gnilane Ndiémé Bakhoum, morte en 1948, que Senghor appelle dans Élégies « Nyilane la douce », appartient à l'ethnie sérère et à la lignée Tabor mais a des origines peules. C'est la troisième épouse de Basile Diogoye Senghor, dont elle aura quatre filles et deux garçons. Les deux branches de sa famille appartiennent à la noblesse Sérère, les Guelwar. Le prénom sérère Sédar signifie « qu’on ne peut humilier ». Son prénom catholique « Léopold » lui fut donné par son père en souvenir de Léopold Angrand, riche commerçant métis ami et employeur ponctuel de son père. Avant son baptême, Sédar Gnilane (il était alors d'usage que le prénom du fils fût accompagné de celui de sa mère), futur Léopold, passe les premières années de sa vie chez sa famille maternelle, les Bakhoum. Puis de retour chez son père, le jeune Léopold fréquente plus tard la maison catholique de Joal (auprès du père Dubois) où il apprend le catéchisme et les premiers rudiments de la langue française. Senghor commence ses études au Sénégal, d'abord chez les Pères Spiritains à Ngazobil pendant six ans, puis à Dakar au collège-séminaire François Libermann et au cours secondaire de la rue Vincens, qui s'appellera plus tard le lycée Van-Vollenhoven et aujourd'hui lycée Lamine-Guèye. Il est déjà passionné de littérature française. Bon élève, il réussit le baccalauréat, notamment grâce au français et au latin. Le directeur du lycée et ses professeurs recommandent d'envoyer Senghor poursuivre ses études en France. Il obtient une demi-bourse de l'administration coloniale et quitte pour la première fois le Sénégal à l'âge de 22 ans. 

Senghor arrive à Paris en 1928. Cela marque le début de « seize années d’errance », selon ses dires. Il étudie en classes préparatoires littéraires au lycée Louis-le-Grand (grâce à l'aide du député du Sénégal Blaise Diagne) et également à la faculté des lettres de l'université de Paris. À Louis-le-Grand, il côtoie Paul Guth, Henri Queffélec, Robert Verdier et Georges Pompidou, avec qui il se lie d'amitié. Il y rencontre également Aimé Césaire pour la toute première fois. Il obtient en 1931 une licence de lettres. En 1935, il est reçu au concours d'agrégation de grammaire, après une première tentative non couronnée de succès. Il devient ainsi, le premier Africain lauréat de ce concours. Pour s'y présenter il a dû faire une demande de naturalisation. Il commence alors une carrière de professeur de lettres classiques au lycée Descartes à Tours.

 

https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png

 

 
1B.jpgJacques Tatischeff, dit Jacques Tati, réalisateur, acteur et scénariste français, né le 9 octobre 1907 au Pecq (Yvelines), près du square portant aujourd'hui son nom, mort le 4 novembre 1982 à Paris. Jacques Tatischeff, est d'origine franco-russo-néerlando-italienne. Il est le deuxième enfant d'Emmanuel Tatischeff et de Marcelle Claire van Hoof. Son père, Emmanuel, né en 1875 à Paris, décédé en 1957, est le fils naturel du comte Dimitri Tatischeff, né vers 1826 à Moscou, général de l'armée russe, attaché militaire à l'ambassade de Russie à Paris où il meurt en 1878 peu après la naissance de l'enfant, et d'une Française, Rose Anathalie Alinquant, née en 1837 à Compiègne et décédée en 1903 à Saint-Germain-en-Laye. Enfant il connaît une période agitée : enlevé et emmené en Russie, sa mère ne peut le ramener en France qu'en 1883. Elle s'installe dans un endroit alors assez retiré Le Pecq, jouxtant Saint-Germain-en-Laye. Sa mère, Marcelle Claire van Hoof, née en 1883 à Saint-Germain-en-Laye, décédée en 1968, est d'origine italo-néerlandaise. En 1903, elle épouse Emmanuel Tatischeff. Ils auront deux enfants, Odette (née en 1905) et Jacques. Le père de Claire, néerlandais, est encadreur ; il fait entrer Emmanuel dans son entreprise. La famille Tatischeff dispose donc d'un niveau de vie assez élevé. Par la suite, Emmanuel deviendra le directeur de l'entreprise Van Hoof. Jacques Tatischeff paraît avoir été un écolier médiocre ; en revanche, il est assez sportif et pratique le tennis et, plus encore, l'équitation. Il abandonne les études à seize ans (1923) et entre comme apprenti dans l'entreprise familiale, où il est formé par son grand-père. En 1927-1928, il effectue son service militaire à Saint-Germain-en-Laye, dans la cavalerie (16e régiment de dragons). Il effectue ensuite à Londres un stage au cours duquel il s'initie au rugby. À son retour, il découvre ses talents comiques dans le cadre de l'équipe de rugby du Racing Club de France, dont le capitaine est Alfred Sauvy, et l'un des adeptes, Tristan Bernard. Il abandonne le métier d'encadreur en 1931 ou 1932, au moment où la crise économique mondiale atteint la France, et notamment le monde du spectacle. Il connaît alors une période très difficile, au cours de laquelle il élabore, malgré tout, le numéro qui deviendra Impressions sportives. Il participe au spectacle (amateur) organisé chaque année, de 1931 à 1934, par Alfred Sauvy. Il est probable qu'il ait eu des engagements rémunérés au music-hall, mais ils ne sont attestés qu'à partir de 1935, année où il joue pour le gala organisé par le quotidien "Le Journal" en l'honneur du record de la traversée de l'Atlantique par le "Normandie". Parmi les spectateurs se trouve Colette, qui fera par la suite un commentaire très élogieux du numéro de Tati. Celui-ci est ensuite engagé dans la revue du Théâtre-Michel, puis, en 1936, après un séjour à Londres, dans la revue dirigée par Marie Dubas à l'ABC. À partir de là, il travaille sans interruption jusqu'à la guerre. Durant les années 1930, il commence aussi à jouer comme acteur de cinéma : Oscar, champion de tennis de Jack Forrester en 1932 (film perdu, très mal documenté) ; On demande une brute de Charles Barrois en 1934, aux côtés d'Enrico Sprocani ; Gai Dimanche, coréalisé avec Jacques Berr en 1935 ; et Soigne ton gauche de René Clément en 1936, aux côtés de Max Martel.

Mais il faudra attendre le 4 juillet 1949 et la sortie de son premier long métrage, Jour de fête, pour connaître le succès, il recevra, par la suite, le Grand prix du cinéma français en 1950.

 

https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png

 

1B.jpgNicole Croisille, chanteuse, danseuse et actrice française, née le 9 octobre 1936 à Neuilly-sur-Seine. 
Danseuse à la Comédie-Française, Nicole Croisille a été tour à tour mime avec Marcel Marceau, meneuse de revue, actrice de théâtre, de cinéma et de comédie musicale, mais c'est surtout dans la chanson qu'elle s'est illustrée auprès du grand public. 
Après avoir commencé à chanter dans les caves de Saint-Germain-des-Prés et dans les clubs de Chicago, Nicole Croisille a connu un succès fulgurant en 1966 avec Un homme et une femme, la chanson du film éponyme de Claude Lelouch. Elle s'est ensuite affirmée comme l'une des grandes chanteuses françaises des années 1970 avec des titres comme Une femme avec toi ou Téléphone-moi. Ces succès ont largement mis en valeur sa voix profonde et puissante et ses capacités d'interprétation. Nicole Croisille nait tout près de Paris d'un père directeur d'agence de tourisme et d'une mère pianiste. Elle fut attirée très tôt par la scène et elle montra des dispositions pour le chant et la danse ; danseuse à l'Opéra de Paris dès l'âge de huit ans. Néanmoins, son père ne veut pas que sa fille devienne une artiste professionnelle, et il refuse qu'elle se présente au concours des petits rats. Nicole Croisille délaisse son rêve de devenir danseuse classique et suit des cours de dactylographie pendant son adolescence. En parallèle, elle suit toutefois les classes de la Comédie-Française et elle intègre le ballet de la compagnie. Pendant les années 1950, Nicole Croisille suit les cours de Marcel Marceau et devient mime ; en 1957, elle effectue une première tournée en Amérique du Sud. Déjà fascinée par le jazz, elle découvre les États-Unis en 1960, lors d'une autre tournée en compagnie du mime Marceau. Elle assiste à des concerts dans des clubs de Chicago et, aidée par ses aptitudes en anglais, elle accompagne parfois des musiciens au chant. En France, Nicole Croisille poursuit sa carrière de danseuse et participe à la revue de Joséphine Baker ainsi qu'à des représentations du Bourgeois gentilhomme. Elle joue aussi dans la comédie musicale L'Apprenti fakir avec Jean Marais, une pièce avant-gardiste qui s'arrête après un mois d'exploitation seulement1. En 1961, elle est assistante chorégraphe dans le spectacle "Jour de fête"  à l'Olympia monté par Bruno Coquatrix et Jacques Tati à l'occasion de la sortie du film éponyme dans sa première version colorisée. 
Nicole Croisille acquiert une certaine notoriété au début des années 1960, avec la sortie de ses premiers disques. Elle interprète notamment une reprise de Halleluya, I Love Her So de Ray Charles, et Nous les amoureux, chanson présentée par Jean-Claude Pascal à l'Eurovision pour le Luxembourg. En 1961, elle fait la première partie de Jacques Brel à l'Olympia1. Cette même année, elle fait la connaissance de Claude Nougaro qui devient son ami et qui souhaite lui écrire des chansons. Face au succès qu'il rencontre avec ses albums en solo, il abandonne toutefois ce projet2. Néanmoins, en cette époque où la mode est aux chanteurs dits « Yéyé », Nicole Croisille ne trouve pas encore sa place auprès du public. Le succès dans la chanson arrivera à son retour des États-Unis en 1966, Nicole Croisille connaît un succès international avec la chanson du film Un homme et une femme de Claude Lelouch, composée par Francis Lai et interprétée en duo avec Pierre Barouh. C'est la première chanson française à devenir disque d'or aux États-Unis, avec des ventes représentant plus d'un million de dollars. Ce sera le début d'une brillante carrière.
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png
 
1B.jpgJohn Winston Ono Lennonauteur-compositeur-interprète, musicien et écrivain britannique, né le 9 octobre 1940 à Liverpool, mort assassiné le 8 décembre 1980 à New York. Il est le fondateur des Beatles, groupe musical anglais au succès planétaire depuis sa formation au début des années 1960. Au sein des Beatles, il forme avec Paul McCartney l'un des tandems d'auteurs-compositeurs les plus influents et prolifiques de l'histoire du rock, donnant naissance à plus de deux cents chansons. 
Adolescent, influencé par ses idoles américaines du rock 'n' roll, il est emporté par la vague de musique skiffle qui sévit à Liverpool et fonde, au début de l'année 1957, le groupe des Quarrymen, qui évolue pour devenir, avec Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr, les Beatles. Des albums Please Please Me en 1963 à Let It Be en 1970, les Beatles deviennent un des plus grands phénomènes de l'histoire de l'industrie discographique, introduisant de nombreuses innovations musicales et mélangeant les genres et les influences avec une audace et une sophistication jusqu'alors inédites. Lennon occupe une place centrale dans cette réussite populaire, critique et commerciale, composant des œuvres majeures pour le groupe. Les dissensions entre les musiciens, en particulier entre Lennon et McCartney, mettent fin à l'aventure en 1970. Lorsque les Beatles se séparent, John Lennon se consacre à sa carrière solo, épaulé et inspiré par son épouse Yoko Ono, artiste japonaise d'avant-garde. Yoko et John forment alors un des couples les plus médiatisés au monde, aussi bien pour leur art que pour leur engagement politique. Ils créent le Plastic Ono Band, groupe à géométrie variable où ils sont accompagnés d'amis sur scène et en studio. En 1971, John Lennon compose l'une de ses chansons les plus emblématiques, Imagine ; l'album du même nom est également son plus grand succès commercial en solo. Lennon se retire de toute activité publique en 1975 pour s'occuper de son fils nouveau-né Sean, puis reprend sa carrière en 1980, quelques semaines avant d'être assassiné par Mark David Chapman, un fanatique atteint de troubles psychotiques, devant sa résidence du Dakota Building à New York. 
Outre sa musique, Lennon est également célèbre pour ses nombreuses prises de positions, notamment pacifistes, à partir de la fin des années 1960. Ses activités et son engagement, notamment contre la guerre du Viêt Nam, lui valent des ennuis réguliers avec le gouvernement des États-Unis, qui tente de l'expulser. Personnalité complexe, il fait preuve d'un humour acerbe, teinté d'absurde et de non-sens, et se démarque également par son caractère parfois violent et conflictuel, en contradiction avec son image de représentant de l'idéal pacifiste. Il montre des talents dans les domaines de la peinture et de l'écriture, joue dans quelques films, et réalise des courts-métrages expérimentaux. 
Longtemps après sa mort, il reste l'un des artistes les plus populaires du XXe siècle (il a vendu plus de 72 millions de disques en « équivalent album ») et incarne le mouvement pacifiste "peace and love" des années 1960 et 1970. Un rassemblement à sa mémoire continue d'avoir lieu à New York chaque 8 décembre, jour de sa mort, et plusieurs mémoriaux sont érigés en son honneur de par le monde. L'aéroport de Liverpool porte son nom depuis 2002.
John Winston Lennon, fils d'Alfred « Alf » Lennon et de Julia Stanley. Il naît le mercredi 9 octobre 1940 à la maternité-hôpital d'Oxford Street, à Liverpool. (Contrairement à ce qui était écrit dans la biographie de Hunter Davies, il n'y eut pas de raid de l'aviation allemande cette nuit là.) John tient son premier prénom de son grand-père John « Jack » Lennon, et son deuxième prénom, Winston, lui est donné en hommage au Premier ministre britannique Winston Churchill. Jack Lennon, né en 1855 à Dublin et mort en 1921, était chanteur de métier (le nom Lennon est la version anglicisée du nom irlandais Ó Leannáin).
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png
 
 
1B.jpgJohn Entwistle,  musicien et producteur britannique, né le 9 octobre 1944 à Chiswick dans le borough londonien de Hounslow, mort le 27 juin 2002 à Paradise dans l'État du Nevada aux États-Unis ; il était le bassiste du groupe de rock The Who. Il est considéré comme l'un des plus talentueux et importants bassistes de tous les temps. Virtuose, développant des techniques de jeu qui ont fait école, il a changé la perception et la place de la basse au sein d'un groupe de rock, marquant dès 1965 le premier succès des Who, My Generation, d'un solo exécuté à une vitesse étonnante pour l'époque.
En 2000, la revue anglaise "Guitar magazine" l'a consacré « meilleur bassiste du millénaire », tandis qu'en 2011, les lecteurs de "Rolling Stone Magazine" l'ont élu meilleur bassiste de tous les temps.
John Alec Entwistle est né dans la banlieue de Londres. Pendant son enfance, il apprit en autodidacte à jouer de la trompette, du cor et du piano, instruments qui seront utilisés ultérieurement dans de nombreuses compositions des Who. Il apprendra ensuite la guitare, mais se sentira rapidement attiré par le son grave et puissant de la basse, et passe donc à la « quatre cordes ». Son ami d'enfance Pete Townshend et lui-même sont recrutés par Roger Daltrey pour former, au début des années 1960, le groupe The Detours. En 1964, le batteur Keith Moon les rejoingnit et le groupe adopta son nom définitif, The Who. De bonne constitution, Entwistle acquit le surnom d'Ox, « le Bœuf ». 
Sur scène, il adoptera une posture parfaitement stoïque, qui contrastait aussi bien avec le chaos causé par ses trois acolytes qu'avec la rapidité des mouvements de ses doigts qui lui valut un autre surnom, « Thunderfingers ». John Entwistle a écrit quelques chansons pour les Who, comme Cousin Kevin, My Wife, Boris the Spider ou Heaven and Hell (cette dernière ouvrait la plupart des concerts du groupe). Leurs paroles reflètent son goût pour l'humour noir. À côté de son travail avec les Who, Entwistle publia plusieurs albums solo au début des années 1970. John Entwistle mourut le 27 juin 2002 à Las Vegas, la veille du premier concert d'une tournée des Who aux États-Unis. Le médecin légiste de Las Vegas a déclarera que cette mort était due à une crise cardiaque, à la suite d'une prise de cocaïne. Le bassiste gallois Pino Palladino le remplaça sur scène.
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png
 
1B.jpgFrance Gall, nom de scène de Isabelle Geneviève Marie Anne Gall,  chanteuse française, née le 9 octobre 1947 dans le 12e arrondissement de Paris, morte le 7 janvier 2018 à Neuilly-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine. 
Elle commença, enfant, à chanter et faire de la musique avec ses frères avant d'enregistrer son premier disque. Elle était le symbole d’une jeunesse gentiment irrévérencieuse avec des tubes tels que Sacré Charlemagne, repris par les chorales et les écoles. Sa popularité dépassa les frontières à partir de 1965, date à laquelle elle remporta le premier prix au Concours Eurovision de la chanson avec le titre Poupée de cire, poupée de son, écrite et composée par Serge Gainsbourg. Cette chanson sera traduite dans de nombreuses langues et France Gall devint célèbre en Europe, en particulier en Italie et en Allemagne, où elle était très populaire au début des années 1970. Par la suite, sa popularité périclita en France jusqu'à sa rencontre avec l'auteur-compositeur Michel Berger, qu’elle épousera en 1976. Elle retrouva un important succès populaire à ses côtés, avec une série de tubes de 1974 jusqu'au début des années 1990 : France Gall interprèta ainsi des chansons qu'il composait pour elle.
Outre ces chansons, ce couple d’artistes lança l'opéra-rock Starmania et s’engagea au Mali contre la famine et la sécheresse, notamment avec l’ONG Action Écoles. France Gall et Michel Berger venait tout juste de co-écrire un nouvel album lorsque ce dernier mourut brutalement, en 1992. Après le décès de leur fille Pauline le 15 décembre 1997, elle quitta la scène. En hommage à Michel Berger, elle créa et veilla aux représentations de la comédie musicale Résiste en 2015. La chanteuse comptabilise 20 millions de disques vendus dans le monde.France Gall descend de Jean de Courcelles, batârd d'un seigneur de Tanlay, lié à la branche des Hohenstauffen et aux Capétiens du côté maternel, et de cordonniers alsaciens du côté paternel, de Rosheim. 
Le père d'Isabelle, Robert Gall (1918-1990), ancien élève du conservatoire, était chanteur et auteur, entre autres, des Amants merveilleux pour Édith Piaf (1960) et de La Mamma pour Charles Aznavour (1963). Sa mère, Cécile Berthier, était la fille de Paul Berthier (1884-1953), cofondateur de la Manécanterie des Petits Chanteurs à la croix de bois. Elle est la nièce de Jacques Berthier (1923-1994), compositeur et organiste, cousine du guitariste Denys Lable, de Vincent Berthier de Lioncourt (fils de Jacques), fondateur, en 1987, du Centre de musique baroque de Versailles (CMBV) et de François Brochet, sculpteur.
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png
 
 
1B.jpgDavid Cameron, homme d'État britannique, membre du Parti conservateur et Premier ministre du Royaume-Uni du 11 mai 2010 au 13 juillet 2016, né le 9 octobre 1966 à Marylebone (Londres). 
Diplômé du Brasenose College de l'université d'Oxford, il fut conseiller politique de Margaret Thatcher puis de John Major, pour lesquels il rédigeait des discours. Élu à la Chambre des communes pour Witney à l'issue des élections parlementaires de 2001, il devint chef du Parti conservateur en 2005 et succèda à Michael Howard comme chef de l'opposition au gouvernement travailliste. À la suite du scrutin législatif de 2010, qui déboucha sur l'élection d'un parlement sans majorité, Cameron fut nommé Premier ministre par la reine Élisabeth II, et constitua avec les Libéraux-démocrates le premier gouvernement de coalition du Royaume-Uni depuis 1945. Âgé de 43 ans lors de sa nomination, David Cameron sera le plus jeune chef de gouvernement britannique depuis 1812. Il sera reconduit dans ses fonctions en 2015, après que son parti eût remporté la majorité absolue aux élections générales, ce qui lui évitait d'avoir à former une coalition. En 2016, afin d'apporter des garanties à la partie eurosceptique de sa majorité, il organisa un référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne. Après le vote des Britanniques pour le départ de l'UE alors qu'il avait fait campagne pour le maintien, il démissionna de la tête du gouvernement et du Parti conservateur. Theresa May lui succèda.
David William Donald Cameron est le fils d'un riche agent de change, Ian Donald Cameron (1932-2010), et d'une juge de paix, Mary Fleur née Mount (1934). Il grandit à Peasemore dans le Berkshire, avec son frère, Alexander Allan Cameron (1963), conseiller de la reine, et ses deux sœurs, Tania Rachel (1965) et Clare Louise (1971). Par sa grand-mère paternelle Enid Agnes Maud Levita, David Cameron descend du roi Guillaume IV et de sa maîtresse, Dorothea Jordan, par leur fille illégitime Elizabeth Fitz Clarence Erroll ; il est donc un lointain cousin de la reine Élisabeth II et aussi le descendant d'Élie Lévita (1469-1549), un poète et linguiste juif de la Renaissance. Également par la ligne patrilinéaire, il a aussi pour ancêtre Lord Lochiel (en) (1663-1748), le dix-huitième chef du clan Cameron. C'est par l'une de ses sœurs que, durant un voyage en Toscane, David Cameron rencontra Samantha Gwendoline Sheffield, fille du 8e baronnet Sheffield et descendante, elle aussi par ligne illégitime, du roi Charles II. Ils se marièrent le 1er juin 1996, à l'église Saint-Augustin-de-Cantorbéry d'East Hendred, dans l'Oxfordshire. De ce mariage naîtront quatre enfants, dont l'aîné, Ivan, né en 2002 et atteint d'infirmité motrice cérébrale et du syndrome d'Ohtahara, décèdera en 2009.
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png
 
1B.jpgLaure Manaudounageuse française, née le 9 octobre 1986 à Villeurbanne, elle pratique les quatre nages (brasse, papillon, crawl, dos crawlé), elle a obtenu des résultats nationaux et internationaux dans la quasi-totalité des distances de compétition : 50 m, 100 m, 200 m, 400 m, 800 m et 1500 m. Lorsqu'elle s'imposa à 17 ans sur 400 m nage libre aux Jeux olympiques d'Athènes, le 15 août 2004, elle fut la deuxième championne olympique française de natation après Jean Boiteux à Helsinki en 1952. Elle gagna deux autres médailles dans ces Jeux : l'argent sur 800 m nage libre et le bronze sur 100 m dos, un exploit totalement inédit pour une nageuse française aux JO, et devint immédiatement une star nationale. Laure Manaudou s'adjugea également deux titres mondiaux sur la même distance (2005 et 2007) et un autre sur 200 m (2007). Sur cette période, Laure Manaudou remporta en tout trois médailles olympiques, six médailles mondiales et treize médailles européennes. Licenciée jusqu'en 2006 au Cercle des nageurs de Melun Val de Seine où elle était entraînée par Philippe Lucas, elle rejoignit le club de Canet-en-Roussillon (Canet 66 natation) avec son entraîneur après les Championnats d'Europe de natation 2006. En mai 2007, elle quitta Lucas pour aller s'entraîner dans le club turinois de LaPresse Nuoto. À la suite des tensions apparues avec son entraîneur Paolo Penso, elle sera mise à la porte de son club italien le 6 août. De septembre 2007 à janvier 2008, elle sera entraînée par son frère aîné, Nicolas, à Ambérieu-en-Bugey (Ain). Le 21 janvier 2008, ce sera le départ pour Mulhouse où elle sera entraînée sous la direction de Lionel Horter, entraîneur au pôle France. Elle connut ensuite l'échec aux Jeux olympiques de Pékin sur toutes les distances où elle s'aligna. Le 6 octobre 2008, elle rejoignit le « team Marseille 2012 by CNM » du Cercle des nageurs de Marseille où elle sera entraînée par Romain Barnier et Emmanuel Poissier. Le 21 janvier 2009, Laure Manaudou annonce qu'elle met un terme à sa saison, puis, dans un entretien "Aujourd'hui en France" du 18 septembre 2009, qu'elle abandonnait sa carrière de nageuse. Cependant, en juillet 2011, elle décida de reprendre la compétition. En mars 2012, lors des championnats de France à Dunkerque, Laure Manaudou remporta les titres des 50 m, 100 m et 200 m dos et se qualifia sur ces deux dernières distances pour les Jeux olympiques de Londres. Aux JO, elle fut éliminée dès les séries, mais offrit une des images fortes de ces Jeux en sautant au cou de son frère Florent à sa sortie du bassin en vainqueur du 50 m nage libre hommes. Depuis sa retraite sportive, elle évolue fréquemment en tant que consultante sur les épreuves de natation dans les grands événements à la télévision. 
Née le 9 octobre 1986 à Villeurbanne, Laure Manaudou est la fille de Jean-Luc Manaudou, employé de banque, joueur et entraîneur de handball, et d'Olga Schippers, d'origine néerlandaise, qui pratiqua le badminton. Ses parents se sont rencontrés sur une plage au Cap Fréhel. Désireux de lui apprendre à nager, ils l'ont inscrite à des cours de natation dès l'âge de 4 ans. Elle a un grand frère, Nicolas, né un an jour pour jour avant elle, ancien nageur qui est son entraîneur de septembre 2007 à janvier 2008, et un frère cadet, Florent, né en 1990, champion olympique du 50 mètres nage libre aux Jeux olympiques de Londres en 2012.
 
https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png
  
Si vous avez apprécié, n'oubliez pas de mettre un petit "j'aime" en bas de page. Bien entendu, les commentaires sont les bienvenus. 


08/10/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres