www.art-au-graffe.com

Art au graffe. blog4ever.com

Nés un 25 novembre

1.png

 

Léon Zitronejournaliste français, animateur de télévision et de radio, par ailleurs commentateur télévisé couvrants les grand évènements du XXe siècles, né le 25 novembre 1914 à Pétrograd, aujourd'hui Saint-Pétersbourg (Russie), mort le 25 novembre 1995 à Paris. 

Surnommé Big Léon ou Gros Léon, il fut, durant de longues années, l'un des interlocuteurs privilégiés des téléspectateurs français, tout d'abord en présentant le journal télévisé, de 1959 à 1975, mais aussi en commentant en direct de nombreux événements télévisés, mondains, populaires ou sportifs.  
Né en Russie à Saint-Pétersbourg (à l'époque Pétrograd), Léon Zitrone arrive en France à l'âge de six ans avec ses parents, Rodolphe-Romain Zitrone, né en 1889, et Catherine Hawkins, née en 1891. Au moment où la révolution russe éclate, la famille Zitrone se trouve en Suède, ses parents décident de ne pas retourner en Russie et de venir en France. 
Son père, qui a une formation d'ingénieur chimiste, devient tailleur, et à partir de 1923 ouvre une boutique à Paris 16e arrondissement appelée "La Clinique du vêtement", faisant des réparations, des nettoyages et des mises à la taille. 
Pendant l'Occupation, son père est arrêté le 30 septembre 1942 pour « menée antinazie » et envoyé en janvier 1943 dans un camp de travail à Orianenburg (Allemagne), dont il s'évade grâce à l'aide d'un officier autrichien, Reinhold Boehm, tombé amoureux de sa fille Irène (sœur de Léon Zitrone). Conséquence de l'évasion de son mari, la mère de Léon Zitrone est arrêtée le 12 mars 1944 et détenue à Drancy où elle se retrouve dans la même cellule que les Dassault, et dont elle est libérée le 22 août 1944, tandis que leur fille se cache. 
Après des études au lycée Janson-de-Sailly, où il est le souffre-douleur de ses camarades qui le traitent de « métèque », il effectue des études supérieures à la faculté de droit de Paris et à l'Institut de chimie. Il est, à sa demande, naturalisé français le 12 mai 1936. 
Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé au 201e régiment d'artillerie lourde divisionnaire motorisé (issu du dédoublement du 1er régiment d'artillerie divisionnaire motorisé), équipé en canons de 155 court. Il sert dans la 15e division d'infanterie motorisée du général Juin au sein du 4e corps d'armée de la 1ere armée entrant en Belgique en réaction à l'invasion allemande du 10 mai 1940. Il participe aux combats de Gembloux, du 14 au 15 mai 1940, pour lesquels il sera décoré de la médaille militaire pour « acte de bravoure exceptionnel ». Il est touché par un obus à Charleroi, tue un soldat allemand à La Louvière et est fait prisonnier à Lot en Belgique. Il s'évade de Braine-l'Alleud en août 1940 et se cache à Ucclenote. 
En 1945, il entre au ministère des Prisonniers, Déportés et Réfugiés puis, renonçant à devenir fonctionnaire, il aide son père dans ses « Cliniques du Vêtement ». Il sera diplômé de l'École supérieure de journalisme de Paris. Journaliste et présentateur de journaux En 1948, Léon Zitrone entre à la Radiodiffusion française au service des « émissions vers l'Amérique du Nord » où, grâce à sa maîtrise du russe, du français, de l'anglais, de l'allemand et de l'italien, il est engagé par Pierre Emmanuel. C'est en 1954 qu'il apparaît pour la première fois à la télévision dans l'émission "Économie et Industrie". Sa première collaboration au journal télévisé date du 6 mai 1956, il y commente des images prises à l'hippodrome de Longchamp.
 

FrisePrénom.png

 

 1.png

  
Percy Sledge, chanteur de soul américain né le 25 novembre 1940 à Leighton, dans l'Alabama, mort le 14 avril 2015 à Bâton-Rouge (Louisiane), interprète d’un des morceaux les plus connus de ce genre musical, When a Man Loves a Woman.
Percy Sledge, dont le père meurt alors qu'il n'a que deux mois, grandit à Leighton en Alabama. Alors qu'il ambitionne de devenir un joueur de baseball, il quitte tôt l'école pour effectuer de petits emplois saisonniers dans les champs avant d'être engagé comme aide-soignant par le "Colbert County Hospital", de Sheffield. Sledge commence à chanter à l'église, puis, à partir de quinze ans, pratique la musique durant son temps libre avec différents groupes locaux. En 1965, il est recruté par The Esquires, une formation de rhythm and blues interprétant des reprises.
Grâce à Quin Ivy, Percy Sledge enregistre When a Man Loves a Woman. En 1966, le single atteint la 1re place du classement rhythm and blues et du Billboard Hot 100 et devient un morceau emblématique de la Southern soul. À l'étranger, il se classe 4e du UK Singles Chart. Cependant la chanson est issue d'une improvisation en concert, sur une suite d'accords jouée par ses accompagnateurs : en reconnaissance, Percy Sledge leur en a cédé les droits, ce qu'il a qualifié plus tard de « plus mauvaise décision de vie ». 
Durant les années 1960, Sledge enregistre quatre albums pour le label Atlantic Records. Il connaît de nouveau le succès avec des titres comme Warm and Tender Love et It Tears Me Up, qui se classent dans le Top 10 des charts R&B. Il rejoint Capricorn Records, label pour lequel il enregistre I'll Be Your Everything en 1974. La popularité de Percy Sledge décline à partir des années 1970. Néanmoins, When a Man Loves a Woman est devenu un classique, utilisé au cinéma et dans des spots publicitaires. Le titre est réédité et se classe 2e du UK Singles Chart en 1987. Le chanteur est invité dans des shows télévisés, dont "Saturday Night Live", et se produit régulièrement sur scène jusque dans les années 1990. N'ayant enregistré aucun album depuis 1974, il retourne en studio en 1994 pour sortir l'album Blue Night, auquel participent des musiciens comme Steve Cropper et Mick Taylor. Le disque est nommé aux Grammy Awards et remporte un W. C. Handy Award. Une compilation de ses succès est éditée par Rhino en 1998. Le neuvième et dernier album de Percy Sledge, Shining Through the Rain, sort en 2004. Comme Blue Night, il est produit par Saul Davis et Barry Goldberg.

 

https://static.blog4ever.com/2019/07/852973/Frise.png

 

Merci de mettre un petit "j'aime" en bas de page, si vous avez aimé bien sûr. Bien entendu les commentaires sont les bienvenus. 



19/11/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres